Prescripteurs de saines addictions

Ajouter à mon calendrier
Le , Librairie Page et Plume

Vendredi 25 Novembre à 19h, nous vous invitons à rencontre Anthony Passeron ( Prix Wepler ), l'auteur d'un premier roman que nous avons trouvé particulièrement brillant et émouvant "Les Enfants endormis", publié aux éditions Globe. Avec la présence de l'association entr'AIDSida Limousin.

"Les Enfants endormis"

Quarante ans après la mort de son oncle Désiré, Anthony Passeron décide d’interroger le passé familial. Évoquant l’ascension sociale de ses grands-parents devenus bouchers pendant les Trente Glorieuses, puis le fossé qui grandit entre eux et la génération de leurs enfants, il croise deux récits : celui de l’apparition du sida dans une famille de l’arrière-pays niçois – la sienne – et celui de la lutte contre la maladie dans les hôpitaux français et américains.

Dans ce roman de filiation, mêlant enquête sociologique et histoire intime, il évoque la solitude des familles à une époque où la méconnaissance du virus était totale, le déni écrasant, et la condition du malade celle
d’un paria.

Anthony Passeron est né à Nice en 1983. Il enseigne les lettres et l’histoire-géographie dans un lycée professionnel. Les Enfants endormis est son premier roman.

"Au cœur de ce premier "roman" il y a un drame, intime, familial, avec ce qu'il comporte d'injustice, de douleur mais aussi d'humanité. Une histoire aussi douloureuse que lumineuse, poignante.
Mais il y a aussi une épopée, celle d'hommes et de femmes qui sont passés outre des préjugés, des peurs, pour se consacrer entièrement à leur vocation : soigner, sauver.
Parce que près de 40ans après, ce combat, celui pour lutter contre ce fléau: le SIDA, n'est pas gagné. En 2020 il y avait encore plus de 37 millions de personnes dans le monde atteintes par le VIH dont 1,7 millions d'enfants.

Un livre qui nous a bouleversé, que nous avons à cœur de défendre, une parole à transmettre, une histoire à confier, avec autant de générosité et de sincérité que l'auteur a mis dans ces pages.

Aurélie"