Prescripteurs de saines addictions

Pascale B.

Le Mal-épris
18,50
1 février 2021

le mal aimé

Paul est disgracieux, ennuyeux, jaloux, seul dans sa vie étriquée, son lien social réside en deux sœurs partageant pour seul héritage un passé douloureux. Du désamour est née la colère.
Son seul exutoire : l’obsession de tomber amoureux.

Il devient un prédateur puissant et incontrôlable, conséquence du désamour.

Bénédicte Soymier présente d’abord les faiblesses de Paul mais n’excuse pas sa spirale lente et irrémédiable vers la violence conjugale malgré ses excuses réitérées. Elle lui donne la parole en alternance avec celle d’une femme amoureuse et vulnérable.
D’une écriture parcimonieuse, avec des phrases courtes de mots justes, l’auteur nous percute magistralement.

Le Coeur à l'échafaud
1 février 2021

Au coeur des assises

Walid, jeune ambitieux de la banlieue, fait de brillantes études et se rapproche d’Héloïse bourgeoise contrariée. Sa situation tourne au drame quand il est accusé de viol.
Le livre est une plongée en Cour d’Assises à dimension tragique, Emmanuel Flesch mettant en scène l’extrême droite au pouvoir avec réhabilitation de l’échafaud.
Ce procès est adroitement exposé du point de vue des états d’âmes des protagonistes, mettant en exergue les stratégies de défense et d’accusation, les intérêts politiques. Cela sous le regard neutre d’un juré découvrant pour la première fois cette dimension théâtrale et tragique.

Le verdict sera-t-il la ligne rouge à ne pas franchir ? Quels critères pour la justice ? L’affaire est prenante tout du long.

Ce roman est bien documenté et passionnément écrit.

L'instruction
21,00
27 janvier 2021

Jeune magistrat sorti d’école, Patrice Favre est nommé juge d’instruction en banlieue parisienne.
Son prédécesseur Herzog s’étant donné la mort, il reprend sa dernière enquête irrésolue épluchant ses carnets. Il prend à cœur d’élucider cette affaire qui dérange.
L’instruction exploite une expérience de juge pour devenir un polar réaliste.
C’est un roman sur l’univers judiciaire et carcéral à la limite du documentaire.

Malgré des chapitres denses et des descriptions poussées, l’auteur nous transporte d’un quotidien terne vers une double enquête prenante au dénouement ambigu ; et transforme l’enquêteur en héros qui rencontre un vrai dilemme.

L'Enigmaire

Quidam Édition

20,00
24 janvier 2021

Enigmation

Fiction futuriste où s’entrecroisent époques et personnages.

À l’emplacement de l’ancien village d’Orze, bombardé en 1916, ne subsiste qu’une zone interdite nommée Boizéro ; Pierre Cendors en fait le fil rouge de trois périodes :
- Un passé pré-antique aux rites sacrés ;
- Un présent, milieu du XXIème siècle, où l’intelligence artificielle annihile l’écosystème, l’art, la poésie, et colonise l’espace ;
- Le futur ou antithèse, quand des « spaciens » reviennent sur terre.....
Des personnages s’aventurent sur ce même lieu qui les transforme étrangement : Boizéro pourrait-il être le point de retour dans ce labyrinthe temporel ?

Très bien écrit et étonnement construit, ce roman aborde la catastrophe humaine, le pouvoir destructeur, les secrets des origines, les croyances. L’auteur se complet à enrichir notre vocabulaire voire imaginer des mots.
L’énigmaire se révèle inventif pourtant compatible avec un futur proche ; ses protagonistes, « éblouis », pourraient nous conduire vers la lumière.

La Verrerie

Mènis KOUMANDAREAS

Quidam Édition

16,00
21 janvier 2021

Réédition 1975

Années 70 en Grèce - Athènes dans l'après-guerre.
Bèba, jeune femme militante, hérite de son père d’une verrerie artisanale.
Flanquée d’un mari dépressif et de deux acolytes dévoués mais inefficaces, elle va devoir compter sur son courage et sa détermination pour sauver le destin vulnérable de son entreprise.
D’une écriture serrée et riche, M. Koumandarèas nous plonge dans ce milieu urbain grec des années 70, donne beaucoup de corps aux personnages, nous initiant l’art de la verrerie. Notre guide est une belle héroïne, humble mais libre et tenace. Le roman est prenant et à peine désuet.