Prescripteurs de saines addictions

Alexandra C.

L'art de perdre  ( Prix Goncourt des Lycéens 2017 ), Goncourt des Lycéens - 2017
22,00
par (Librairie L'Armitière)
30 septembre 2017

Trois générations

Ce roman est une saga familiale sur trois générations. Ali et sa famille vivent en Kabylie, à l'ombre de leurs oliviers grâce auxquels ils mènent une vie prospère. Ali est un homme bon et fier. Sa plus grande fierté est d'avoir combattu, pendant la seconde guerre mondiale, aux côtés des français, il revient couvert de médailles qu'il arbore de temps à autre. Mais la guerre d’Algérie fait basculer la vie douce d'Ali. C'est un harki autrement dit un traitre pour le FLN. Il est en danger et décide de fuir la Kabylie. Il prend un bateau qui le mènera lui et sa famille en France. Ils sont déracinés, perdus et leur installation dans le sud de la France les jette dans une grande misère, parqués dans des camps. Ils passent de camps en camps pendant plusieurs années pour finir par s'installer en Normandie. Ali travaille dur à l'usine mais reste un homme droit malgré tout. Ses enfants s'intègrent comme ils peuvent. Hamid, son fils aîné, est un garçon intelligent. Il apprend vite le français et se fait des amis. C'est lui qui, à la maison, lit le courrier car jamais ses parents ne parleront le français. Dès lors, ils n'ont plus la même culture. Hamid en grandissant s'oppose de plus en plus à son père. Il veut être un français à part entière. Il tourne le dos à la religion et à tout ce que représente l’Algérie. Il épouse une française avec qui il a quatre filles. A aucune il ne raconte sa vie passée dans les montagnes kabyles, le bateau qui l'a emmené loin de son pays, les camps et les batailles qu'il a du mener pour s'intégrer. Pourtant Naïma, sa dernière fille, a beaucoup de questions à poser. Elle aimerait savoir ce qu'a pu faire son grand-père pour être contraint de fuir. Pourquoi un tel silence? Pourquoi ne parle t-on jamais de l’Algérie? Va t-elle trouver le courage pour, elle aussi, prendre un bateau et trouver des réponses à ses questions. Elle veut renouer le lien rompu.
Alice Zeniter fait la lumière sur ce passage de l'histoire dont la France a honte. C'est un roman poignant d'autant plus qu'elle raconte l'histoire de sa propre famille. Un roman à ne louper sans aucun prétexte.

Croire au merveilleux
par (Librairie L'Armitière)
17 juin 2017

Renaître à la vie

César est veuf. Il a perdu sa femme il y a quelques années à la suite d'un accident. Ne se remettant pas de cette perte, il décide de se suicider abandonnant, du même coup, leur fils qu'il est devenu difficile de regarder tant il ressemble à sa mère et pour qui il pense être un fardeau trop lourd à porter. Au moment de passer à l'acte quelqu'un sonne à sa porte. Il ouvre, c'est sa nouvelle voisine, Nana, une étudiante grecque. Elle est jeune, belle et surtout mystérieuse. Elle s'intéresse tout particulièrement à sa bibliothèque. César possède une impressionnante collection de littérature antique. Cette rencontre est l'étincelle qui manquait à César pour se réveiller et tenter de sortir de ce cauchemar qu'est devenu son existence. Il va enfin trouver la force de regarder la vie en face, de revenir sur les traces de ce qu'ils ont vécu lui et son épouse, de se poser les vraies questions et ainsi il va se décider à reprendre son rôle de père en main.
Christophe Ono-Dit-Biot a un écriture très poétique. Chaque mot semble avoir été méticuleusement choisi et déposé là comme une pierre précieuse. Il plonge le lecteur dans un univers onirique et sublime. La fin du roman est une véritable surprise qui bouscule et questionne.

Mon midi, mon minuit
par (Librairie L'Armitière)
10 juin 2017

Renaître à la vie

Emma est une jeune femme heureuse et amoureuse. Elle a rencontré son compagnon, il y a bien longtemps, quand ils étaient adolescents et ne se sont plus quittés. Mais son monde s’écroule quand celui-ci meurt brutalement.
Heureusement, ses amis et sa famille sont là pour pleurer avec elle, pour respecter ses silences, pour la relever quand elle tombe, pour l’aider à retrouver le chemin du bonheur et le goût de vivre.
Ce touchant roman est d’une extrême douceur. Malgré un sujet difficile, l’auteure a su insuffler quelques touches d’humour qui rendent ce texte joyeux.

La famille Yassine et Lucy dans les cieux
par (Librairie L'Armitière)
30 mai 2017

Lucy in the sky with diamonds

Nadia et Salim sont arabes israéliens. Elle est catholique, il est musulman. Ils ont dû, pour pouvoir se marier, braver tous les interdits, à commencer par la désapprobation du père de Nadia. Un seul élément manque à leur bonheur: un enfant. Ne pouvant pas en concevoir un, ils décident de se tourner vers l'adoption. Quand enfin, les services sociaux accèdent à leur demande, c'est Nathanaël qu'on leur confie. Ce n'est pas exactement le petit être qu'ils avaient imaginé. Nathanaël est un garçon de huit ans bien difficile à apprivoiser. Il est autiste. Seules les chansons des Beatles semblent le sortir de son mutisme.
Le couple va tout mettre en oeuvre pour former une famille. Le chemin est, une nouvelle fois, semé d'embuches. Ils doivent trouver les moyens de communiquer avec l'enfant et sont soudain coincés entre ses parents biologiques. Car Nadia et Salim découvrent que Nathanaël n'est pas orphelin, il est le fruit de désaccords profonds entre ses parents à propos de son éducation que l'un souhaite religieuse et l'autre libre.
Ce roman est extrêmement touchant, sous des travers parfois naïfs, Daniella Carmi a su décrire avec brio une société israélienne tiraillée entre les différentes religions. C'est finalement l'Amour qui l'emporte.

Tout ce dont on rêvait
par (Librairie L'Armitière)
1 avril 2017

Amour, chômage et jalousie

Justine, à vingt-cinq ans, fait la connaissance d'Alex, un jeune homme beau comme un dieu. Elle en tombe immédiatement amoureuse. Mais Alex est loin d'être stable, c'est un coureur qui passe d'une aventure d'un soir à une autre. Justine en est très malheureuse et c'est avec le frère d'Alex qu'elle va finalement panser ses plaies et faire sa vie.
Nicolas, à l'inverse d'Alex, est un mari et un père prévenant, attentionné et très protecteur. Son grand sens de la famille est le ciment du foyer qu'ils ont construit.
Ce ciment vient à s’effriter quand Nicolas perd son travail. Il fait pourtant beaucoup d'efforts pour sortir de cette impasse mais il ne peut supporter sa nouvelle condition sociale.
François Roux, avec ce nouveau roman, dépeint notre société actuelle et décortique avec beaucoup de talent les relations humaines.