Prescripteurs de saines addictions

Anthony F.

Dernier commentaire

Le bal des ombres
par (Fontaine Villiers)
21 avril 2020

Un bal où Bram Stoker rencontre Dracula...

"Le bal des ombres" est un splendide roman mettant en scène l'amitié de Bram Stoker, administrateur pendant plus de vingt-cinq ans du théâtre londonien, le Lyceum, et d'Henry Irving, directeur et célèbre tragédien shakespearien et de la sémillante Ellen Terry, considérée en son temps comme la Sarah Bernhardt britannique. Il nous plonge avec avidité dans l'époque victorienne.
Aujourd'hui encore, Bram Stoker est infiniment moins connu que son "personnage fétiche, le comte Dracula". Alors que plus de cent films ont été tournés sur cet être avide de sang, alors que les éditions paperback peuplent les bibliothèques du monde entier, Bram Stoker, son génie créateur, ne bénéficie pas toujours de la reconnaissance qu'il mérite.
Dans ce roman, Joseph O'Connor compose une biographie solide de son personnage principal et présente l'auteur irlandais comme une véritable brute de travail, génie d'organisation pour administrer le théâtre londonien du Lyceum sous la férule parfois oppressante de son directeur, Irving.
Sous sa plume apparaît un être de chair et de sang, fait des plus grands doutes quant à sa production littéraire. Toute sa vie, il ne cessera de publier dans des revues de moyenne diffusion, goûtant peu au succès. Et c'est son Dracula, écrit en 1897, quinze ans avant son décès, qui le fit connaître.
Ce livre est réussi car romanesque à souhait. Il présente par exemple "l'amitié héroïque" que nourrissent les deux principaux héros masculins. Mais, pour l'Irlandais, comment faire pour survivre et exister devant ce monstre d'égoïsme, de narcissisme et par là même de mauvaise foi qu'est l'immense comédien Irving ? C'est sans doute ce qu'il y a de plus beau ici et c'est une gageure : avoir réussi à recréer des liens anciens complexes et souvent tortueux. On comprend un peu mieux, en lecteur contemporain, comment fonctionne une troupe. Ellen Terry, figure charmante et grande amie de Bram Stoker, vient également déposer sa grâce dans la pièce qui se joue sous nos yeux… Et que dire des passages sur Jack l'Eventreur faisant à cette époque frémir les autorités mais bien plus encore les petites gens des faubourgs ?
"Le bal des ombres" est à conseiller au lecteur qui aime le charme vénéneux de Dracula, mais aussi à ceux qui, comme moi, ont plaisir à se pencher dans l'Angleterre victorienne et dans la grande illusion qu'est le spectacle du théâtre et de ses acteurs…