Prescripteurs de saines addictions

Danhong S.

Dernier commentaire

Livre 1, Avril-juin, 1Q84 Livre 1

Livre 1, Avril-juin

Belfond

23,50
par (Libraire)
27 août 2011

Après La Ballade de l'impossible , Les amants du Spoutnik , Kafka sur le rivage.. Enfin 1Q84 tant attendu.

Comme dans la plupart des romans de Murakami, on trouve des personnages étonnants. L'âme humaine y est décortiquée, l'ambiance est loufoque , le ton de l'auteur est ironique mais jamais méchant…


Contrairement à ses prédécesseurs, "les ambassadeurs culturels de leur pays", selon le professeur Miura, Murakami est, par son plaisant antinationalisme culturel, "un auteur qui écrit des romans américains".

Cette ouverture est mise en avant, dès le titre de son ouvrage avec une référence à 1984 de G. Orwell, en jouant avec la consonance entre la lettre Q et la prononciation du chiffre 9 en japonais : 1Q84…

Tout commence avec Aomane, la jeune protagoniste, coincée dans un embouteillage sur l'autoroute, et qui décide de descendre la voiture et d'emprunter une issue de secours ...

Elle va remarquer des détails bizarres, mélangés avec ses propres souvenirs puis se mettra à commettre une série de meurtres. Pourquoi?... Ce n’est pas à moi de vous le dire…

Puis il y a Tengo, un professeur de mathématiques qui écrit des romans à ses temps perdus, comme plusieurs personnages dans les romans de Murakami, petite référence autobiographique des débuts de l’auteur…

C'est quelqu'un qui vit dans le flou, relativement passif, qui ne réussit pas vraiment dans la vie. Un jour , son éditeur va lui proposer de réécrire un livre d'une jeune fille de 17 ans, qui lui vaudra de gagner le prestigieux Akutagawa Prize...

Tout au long de la lecture (1060 pages quand même), je me demande si Aomane et Tengo vivent dans un Japon parallèle. Je me suis laissée emporter dans leur monde troublant.

Dernier ajout à des listes