Prescripteurs de saines addictions

Car l’eau n’éteint pas la lumière
EAN13
9782364180680
ISBN
978-2-36418-068-0
Éditeur
L'Amourier
Date de publication
Nombre de pages
104
Dimensions
20 x 14,5 x 0,8 cm
Poids
140 g
Langue
français

Car l’eau n’éteint pas la lumière

L'Amourier

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Si la soif est invoquée, souhaitée, la satiété n’est pas de mise. Le tourment y vaut mieux que l’oubli.
Nulle violence, pourtant, dans les poèmes de Françoise Oriot. Pas de cris. Mais une sourde douleur qui
est celle de la terre elle-même. L’eau douce s’en va la terre s’effondre / dans l’eau salée. La blessure est silencieuse.
Dans la deuxième partie du recueil, l’auteur s’attache, en un long poème, à Regarder Eurydice, à faire corps
avec elle. Elles avancent, émues, d’un même pas : Et ce dos devant nous... Ce dos, est celui d’Orphée qu’elles
suivent dans la remontée des Enfers. Plus elles avancent à la suite de ce dos, plus elles doutent du bien
fondé d’un retour à la vie : L’aimes-tu encore l’aimes-tu assez / pour mourir une seconde fois ? / Revivre cet amour ?
Mieux vaut accepter son destin semblent dire à Orphée, d’une même voix, Eurydice et Françoise Oriot...
S'identifier pour envoyer des commentaires.