Prescripteurs de saines addictions

Comment j’ai tué ton mari, Finlay Donovan est mortelle : tome 1
EAN13
9782385290320
ISBN
978-2-38529-032-0
Éditeur
Charleston
Date de publication
Nombre de pages
464
Dimensions
23 x 14,8 x 3,6 cm
Poids
560 g
Langue
français

Comment j’ai tué ton mari

Finlay Donovan est mortelle : tome 1

Traduit par

Charleston

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres

  • Vendu par Librairie Ravy
    22.90

Autre version disponible

Rien ne va plus pour Finlay Donovan, autrice de romans policiers qui peinent à décoller et mère célibataire de deux enfants. Le livre qu’elle a promis à son agent n’est pas encore écrit, son ex-mari a renvoyé la nounou sans lui en parler et elle a même dû déposer à l’école sa fille de quatre ans, du Scotch dans les cheveux à la suite d’un incident capillaire.
Alors qu’elle déjeune avec son agent pour discuter de l’intrigue de son nouveau manuscrit, leur voisine de table prend Finlay pour une tueuse à gages et glisse un mot dans son sac : elle lui offre cinquante mille dollars pour la débarrasser d’un mari un peu trop encombrant. Finlay n’est pas une tueuse, mais cette somme réglerait bien des problèmes. Il n’y a pas de mal à se renseigner après tout ! Mais à peine entrée dans le bar où travaille la potentielle victime, elle se retrouve embarquée dans une véritable enquête criminelle. La réalité dépassera-t-elle la fiction ?
« FINLAY DONOVAN EST UN PERSONNAGE SI ATTACHANT QU’ON SE LAISSE COMPLÈTEMENT HAPPER. »
The New York Times
Lauréate de nombreux prix littéraires, Elle Cosimano est autrice de romans policiers, de thrillers et de sciencefiction pour adultes et adolescents. Elle vit avec son mari et leurs deux fils en Virginie. Le premier tome de sa série Finlay Donovan est mortelle, best-seller aux États-Unis, a été élu meilleur livre de l’année 2021 par plusieurs journaux et est en cours de traduction dans 18 langues.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Christine Barbaste