Prescripteurs de saines addictions

EAN13
9782051029247
ISBN
978-2-05-102924-7
Éditeur
Éditions Slatkine
Date de publication
Nombre de pages
570
Dimensions
23,5 x 15,5 cm
Poids
1601 g
Langue
français

La justice en Algérie

1830-1962

Éditions Slatkine

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Durant centre-trente-deux années, la France gère, en Algérie, une colonie de peuplement. Les Européens qui se déversent sur la terre africaine réclament des mesures garantissant leur sécurité.
La cohabitation judiciaire, improvisée au début, tourne rapidement à l’introduction d’un modèle copié sur le système français. Au fil des années, les juridictions françaises se renforcent. Cette politique donne naissance à une justice nouvelle, originale, comme, par exemple, le juge de paix à compétence étendue.
Cette politique se retrouve dans l’attitude adoptée vis-à-vis de la justice musulmane. Orale, rapide, simple peu coûteuse et fondée sur l’équité, celle-ci s’inscrit à l’inverse de la justice solennelle, lourde, écrite dans une langue étrangère, lente, onéreuse, que les Français implantent en Algérie. La justice musulmane s’efface devant la machine judiciaire française. Malgré les revendications des colons elle ne disparaîtra pas totalement.
L’utilisation de l’appareil judiciaire à des fins répressives donne naissance à une monstruosité juridique : le régime de l’indigénat. Initié dès les débuts de la conquête, contesté par de trop rares esprits éclairés, défendu par les politiques issus du monde colonial, il ne s’estompera que vers la fin de l’ère coloniale.
Cette période de vie commune qui crée des liens profonds entre l’Algérie et la France s’achève dans le cauchemar de la décolonisation ; la justice, laissée aux mains de l’armée, montrera sa face la plus odieuse.
La présence française laisse des traces. Le modèle judiciaire implanté, qui s’inscrit dans l’ordre international, servira de base à l’Algérie devenue indépendante, pour construire son appareil judiciaire propre.
S'identifier pour envoyer des commentaires.