Prescripteurs de saines addictions

'Entre-Nous'
Newsletter Février 2017

"Entre-Nous" Newsletter Février 2017

517 nouveaux romans paraissent en ce début d'année. Nous les avons bien sûr tous lus et nous vous avons sélectionné nos préférés !

Histoires d'amours, romans noirs, huis clos intimiste ou épopée des grands espaces, chroniques judiciaires et contes des mille et une nuits...
Toutes ces nombreuses intrigues nous ont enchantés, émus, ravis, passionnés, révoltés, absorbés.

Et c'est bien là le rôle de la lecture que de nous faire vivre pleinement, parfois une autre vie.

Pip Bartlett et les créatures magiques. Pip Bartlett, tome 1
11,90

Pip Bartlett, possède le don incroyable de parler aux créatures magiques. Un talent qui peut aussi lui jouer des tours, comme la fois où un troupeau de licornes a envahi son école par sa faute…


Décadence , De Jésus à Ben Laden, vie et mort de l'Occident

De Jésus à Ben Laden, vie et mort de l'Occident

Flammarion

22,90

Chacun connaît les pyramides égyptiennes, les temples grecs, le forum romain et convient que ces traces de civilisations mortes prouvent... que les civilisations meurent - donc qu'elles sont mortelles ! Notre civilisation judéo-chrétienne vieille de deux mille ans n'échappe pas à cette loi.

Du concept de Jésus, annoncé dans l'Ancien Testament et progressivement nourri d'images par des siècles d'art chrétien, à Ben Laden qui déclare la guerre à mort à notre Occident épuisé, c'est la fresque épique de notre civilisation que je propose ici.

On y trouve : des moines fous du désert, des empereurs chrétiens sanguinaires, des musulmans construisant leur « paradis à l'ombre des épées », de grands inquisiteurs, des sorcières chevauchant des balais, des procès d'animaux, des Indiens à plumes avec Montaigne dans les rues de Bordeaux, la résurrection de Lucrèce, un curé athée qui annonce la mort de Dieu, une révolution jacobine qui tue deux rois, des dictatures de gauche puis de droite, des camps de la mort bruns et rouges, un artiste qui vend ses excréments, un écrivain condamné à mort pour avoir écrit un roman, deux jeunes garçons qui se réclament de l'islam et égorgent un prêtre en plein office - sans parler de mille autres choses...

Ce livre n'est ni optimiste ni pessimiste, mais tragique car, à cette heure, il ne s'agit plus de rire ou de pleurer, mais de comprendre.
Michel Onfray


Canicule
19,90

9,78285E+12


Joie

Sabine Wespieser Éditeur

17,00

Rome, 2014, fin de l’été. Alors qu’il lisait sur sa terrasse ensoleillée, le coeur de Giangiacomo – dit Gigi – s’est arrêté. Une mort rapide, sans douleur, comme il l’avait toujours souhaitée, se souvient sa fille Elvira, appelée en urgence. Gigi venait de fêter ses soixante-dix ans. Quelques jours plus tard, sous une pile de relevés bancaires, la jeune femme tombe sur un manuscrit inachevé. Elle pense à la trame d’un film – Gigi était cinéaste –, mais, au coeur du texte, découvre une certaine Clara, une journaliste belge. Son intuition lui souffle qu’elle doit exister. Elvira comprend que le récit de Gigi correspond à sa partie d’un livre qu’ils avaient décidé d’écrire ensemble, pour se prouver leur amour. Clara y
aurait répondu par sa propre version de l’histoire. S’absorbant dans les pages de Gigi, Elvira y retrouve la proximité qui la liait à lui, mais comprend aussi la matière infiniment précieuse dont était tissé son amour pour cette femme rencontrée quatre ans auparavant. Un amour de
la maturité, vécu comme une nouvelle vie parallèle, qui n’enlèverait rien à leurs existences établies : Clara, elle aussi, est mariée, heureuse, mère de deux fils. Gigi écrit le bonheur des retrouvailles, dans sa maison de Sardaigne notamment, l’abandon des corps, les rires, les films des cinéastes qu’il admire, Antonioni et Rossellini, vus et revus ensemble.
Clara et Gigi parlent beaucoup : elle veut tout savoir de sa vie passée, de ses années militantes, lui aime la faire rire, lui racontant d’invraisemblables anecdotes. L’histoire familiale de Gigi revient souvent dans leurs conversations, qui a marqué ses choix d’adulte. Surtout la mort de son père, tué en 1945 par des fascistes après des années de combat
dans le rang des partisans. La politique est au coeur de son travail de cinéaste : sa rencontre avec Clara remonte à la sortie de son dernier film, sur Gramsci. Elle était venue à Rome pour l’interviewer. Clara écrira à son tour sa partie. Sans doute l’insistance d’Elvira, qui a retrouvé sa trace, a-telle été déterminante. Entre chagrin et révolte – Gigi n’était pas censé partir sans qu’ils aient pudiscuter ensemble de leur projet –, elle commence par imaginer ce qu’auraient été ces échanges. Des disputes de couple clandestin, l’un contestant la version de l’autre, dans un fatras d’émotions. Mais à quoi bon ? Avec qui partager un secret naguère
si léger, comme s’il fallait dans la solitude expier les amours illicites ? Clara entame alors ce qu’elle appelle un diario di una mancanza, un journal d’absence – Clara s’exprime dans sa langue, en français, même si, avec Gigi, elle parlait l’italien, parfois l’anglais, dont les expressions émaillent le texte. Au fil des jours, c’est aussi à Elvira qu’elle va s’adresser. Avec pudeur, avec délicatesse, Clara évoque pour la jeune fille au seuil de sa vie sentimentale la plénitude de cet amour caché qui
coexistait si bien avec sa vie au grand jour. Pure bliss, gioia, joie, avait coutume de répéter Gigi.


Le dimanche des mères
14,50

Angleterre, 30 mars 1924. Comme chaque année, les aristocrates donnent congé à leurs domestiques pour qu’ils aillent rendre visite à leur mère le temps d’un dimanche. Jane, la jeune femme de chambre des Niven, est orpheline et se trouve donc désœuvrée. Va-t-elle passer la journée à lire ? Va-t-elle parcourir la campagne à bicyclette en cette magnifique journée ? Jusqu’à ce que Paul Sheringham, un jeune homme de bonne famille et son amant de longue date, lui propose de le retrouver dans sa demeure désertée. Tous deux goûtent pour la dernière fois à leurs rendez-vous secrets, car Paul doit épouser la riche héritière Emma Hobday. Pour la première - et dernière - fois, Jane découvre la chambre de son amant ainsi que le reste de la maison. Elle la parcourt, nue, tandis que Paul part rejoindre sa fiancée. Ce dimanche des mères 1924 changera à jamais le cours de sa vie. Graham Swift dépeint avec sensualité et subtilité une aristocratie déclinante, qui porte les stigmates de la Première Guerre - les fils ont disparu, les voitures ont remplacé les chevaux, la domesticité s’est réduite… Il parvient à insuffler à ce court roman une rare intensité, et célèbre le plaisir de la lecture et l’art de l’écriture.
Né à Londres en 1949, Graham Swift s’est imposé sur la scène littéraire britannique par son art du romanesque et de l’épure. Le pays des eaux (1983) a été accueilli comme une révélation et a reçu le prestigieux Guardian Fiction Prize. À tout jamais a obtenu en 1993 le prix du Meilleur Livre étranger et La dernière tournée le Booker Prize en 1996.