Prescripteurs de saines addictions

Conseils de lecture

Entre ciel et terre
21,90
par (Libraire)
10 mars 2010

Il existe des rencontres incroyables avec les livres, les mots,les personnages.
Il arrive que les romans nous bouleversent, nous touchent au plus haut point.
Il arrive aussi qu'une écriture nous illumine de sa grace, de sa poésie et sa pudeur.
Il est possible que des personnages nous hantent, nous habitent et nous rendent plus humain.

Tout ceci m'est arrivé en lisant le livre de Stefansson : Entre ciel et terre chez Gallimard.
Pour preuve cet extrait : "Certains poèmes nous conduisent en des lieux que nuls mots n'atteignent, nulle pensée, ils vous guident jusqu'à l'essence même, la vie s'immobilise l'espace d'un instant et devient belle, limpide de regrets ou de bonheur. Il est des poèmes qui changent votre journée, votre nuit, votre vie. Il en est qui vous mènent à l'oubli, vous oubliez votre tristesse, votre désespoir, votre vareuse, le froid s'appoche de vous : touché ! dit-il et vous voilà mort."


VENDETTA

Sonatine éditions

23,00
par (Libraire)
9 mars 2010

Une sacrée claque!

Beaucoup d'éléments inhabituels et marquants rendent ce polar impressionnant :
Tout d'abord, le lecteur est contraint de patienter un certain nombre de pages avant de saisir la portée et l'attrait de ce qui s'esquisse. Par conséquent, et ce malgré le style percutant qui m'avait déjà conquise dans "Seul le silence", j'ai failli abandonner et ne jamais savoir qui avait infligé un tel supplice à l'homme retrouvé dans le coffre de la Mercury Turnpike Cruiser.


Puis, comme pour me récompenser d'avoir résisté à cette tenue en haleine, R J Ellory pose l'intrigue, le kidnapping de la fille du gouverneur de Louisiane, et dépose même le coupable, puisque celui-ci se livre aux autorités, avec un étrange marché, qui plus est : révéler l'endroit où Catherine Ducane est séquestrée, mais seulement après qu'il ait fait entendre une extraordinaire confession, l'histoire de sa vie. S'en suit un huis-clos de plusieurs jours entre cet homme pour le moins énigmatique et dangereux, Ernesto Perez, et un flic tourmenté, Ray Hartmann.
Et là, il faut essayer de digérer tout ce que Perez, ancien tueur à gages pour la mafia, livre de lui-même, de politiciens ambitieux et sans scrupules, de clans rivaux. De ne pas s'habituer à la violence omniprésente, aux fantômes qu'il abandonne sur sa route. De ne pas trouver cette machine à tuer qu'il est devenu touchante.
Enfin approche le dénouement, qu'on a presque envie de retarder, et qui même si pressenti, ne sera jamais totalement celui qu'on imaginait!

Une lecture aussi puissante est peut-être l'occasion de se plonger ensuite dans la trilogie nouvellement achevée d'"Underworld USA" de James Ellroy, ou bien "La bête contre les murs" de Bunker, sur l'univers carcéral, ou encore de retrouver Dave Robicheaux en Louisiane dans les romans de James Lee Burke...


MOI  LE LOUP ET LES CHOCOS
14,37
par (Libraire)
27 février 2010

Moi le loup et les chocos

L'histoire d'un petit garçon qui va remettre sur "pattes" un méchant loup prénommé Bernard en mal de confiance en lui...en le nourrissant de....chocos! Le dessin est simple et drôle. A découvrir!


Lemmer, l'invisible
8,20
par (Libraire)
25 février 2010

Ce roman présente un triple intérêt : L'intrigue débute de manière classique mais est plus complexe et recherchée qu'il n'y paraît, réunissant des personnages crédibles et attachants comme Lemmer et Emma, dans un pays que l'on connaît peu en littérature policière : L'Afrique du sud. L'histoire tourmentée de ce pays est omniprésente, les intérêts et conflits inter-ethniques sont clairement développés et contribuent à la profondeur du récit.
C'est un excellent polar très plaisant à lire et qui, une fois fini, donne envie de tout découvrir de Deon Meyer.


Les derniers jours de Stefan Zweig
17,30
par (Libraire)
15 février 2010

Ce roman très sombre, très beau, présente sans complaisance la figure de Stefan Zweig, un homme à la dernière étape de son exil, à Pétropolis au Brésil . Il a "perdu la foi" et entraînera dans son suicide sa jeune femme, Lotte, laquelle ne souhaitait sans doute pas mourir . La lecture du roman, où l'on croise d'autres écrivains, éditeurs et journalistes juifs en fuite, mais aussi des opposants politiques non-juifs, exilés volontaires, nous amène à réfléchir sérieusement sur l'histoire du "monde d'hier", mais surtout sur le sens de l'engagement en littérature .