Prescripteurs de saines addictions

Conseils de lecture

Sur l'eau, roman

roman

Gallimard

14,25
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

David, sain, beau, sans problèmes. Anton, comme David est lui aussi un athlète fait pour ramer. C'est l'avant guerre. Leni Riefenthal aurait pu filmer leur préparation olympique sous la houlette de leur entraineur allemand dont le seul leitmotiv est la discipline, encore la discipline et toujours la discipline. Cinq ans après, la guerre a balayé toute insouciance de ce vieux monde.
Un roman écrit avec élégance sur l'amitié et la découverte d'un certain bonheur fait de chair, de muscles, d'eau et de bois.


Où se perdent les hommes
6,60
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

Ralph, jeune écrivain en manque d'inspiration anime un atelier d'écriture dans une prison Marsellaise. Bove est un être à part, un marginal condamné pour le meurtre de sa femme.
Un livre qui attise le coeur des gens car il réunit tous les ingrédients d'un roman qu'on ne peut plus lâcher. Une écriture délicate, différente, qui incite tous les sens à se réveiller.


Mon ombre
13,80
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

A travers l'histoire de cette femme aux multiples facettes, Christine Falkenland nous livre un superbe travail d'écriture. Une écriture au ras des mots, sur un fil de rasoir, débarrassée de toutes métaphores, faisant sienne cette phrase de Tolstoï : " un roman doit – être efficace ". Roman efficace mais pas dépourvu de sensibilité ni d'émotion, tout au contraire. L'auteur nous livre un personnage abrupt, et nous laisse le soin de faire parler nos sens.


par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

D'une écriture brillante, les cent nouvelles du Décaméron, drôles, intelligentes, émouvantes, furent écrites après l'épidémie de Florence. Elles sont illustrées de 500 illustrations d'artistes des 14 et 15ème siècles. De Giotto à Boticelli, en passant par Boccace lui-même, ils nous plongent au coeur d'une époque fascinante, à travers des dessins autographes, des miniatures exceptionnelles du Maître de la Cité des Dames, coffres de mariage, tableaux, fresques...


Petit roi (le), roman
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

Comment faire le tableau de la perte de l'innocence, comment mettre à nu ce qui fait d'un enfant un être perverti par la haine de ses propres parents ? Peut-être en refusant le masque et en révélant cette intime destruction sous la forme d'une confession enfantine. L'auteur de cette confession alterne le récit de la violence passée et de la tentative de réappropriation de la vie. Ainsi, la présence de l'aïeul protecteur semble pouvoir offrir une chaleur à ce livre.
Dans ce récit à vif, d'un total dénuement et d'une maîtrise parfaite, nous vivons des instants à la fois beaux et cruels.