Prescripteurs de saines addictions

Conseils de lecture

La naissance de la mardité, Une théologie politique à l'âge totalitaire : Pie XI, 1922-1939

Une théologie politique à l'âge totalitaire : Pie XI, 1922-1939

Presses Universitaires de Strasbourg

18,00
par (Librairie Dialogues)
4 décembre 2006

Ne cherchez pas le mot "mardité" dans votre Petit Robert, ni dans n'importe quel autre dictionnaire, il n'y figure pas. Fabrice Bouthillon forge ce néologisme pour faire comprendre que le pontificat de Pie XI lui apparaît comme le premier indice d'une époque nouvelle de l'histoiore du monde. De 1922 à 1939 le pontificat de Pie XI a couvert l'essentiel de l'entre deux guerres. Il se superpose aux temps des totalitarismes, celui de Mussolini, celui de Hitler, avec lesquels le pape signe un concordat, avec celui de Staline, avec qui il en aurait volontiers signé un autre. Et puis Pie XI va découvrir qu'on ne pactise pas avec le diable, et se résoudra à une double condamnation du stalinisme et du nazisme. Parce que le phénomène totalitaire a recommencé les despotismes anciens le christianisme renoue avec la fonction de garantié contre le politique qui avait été initialement celle de l'Eglise. Ecrivez-nous vite une Histoire du pontificat de jean-Paul II, monsieur Bouthillon.


L'histoire de Chicago May / roman

O'Faolain, Nuala / Lemerre, Vitalie

Sabine Wespieser

25,35
par (Librairie Dialogues)
7 novembre 2006

La nuit où sa mère donne naissance à son cinquième enfant et après avoir volé les économies de sa famille, May quitte l'Irlande rurale pour embarquer dans une vie de scandales et de crimes. Elle laisse derrière elle un pays gouverné depuis Londres, et dans lequel elle ne croit plus, et arrive en Amérique où elle devient tour à tour harceleuse, prostituée, voleuse puis danseuse de revue.


Le Petit Casino
13,15
par (Librairie Dialogues)
3 novembre 2006

"C'est ma première maison celle qui m'a fait comprendre qui j'étais..."écrit l'auteur. Une profonde intimité, une émotion constante devant un lieu, une attente et une séduction qui sont les traits d'une belle relation amoureuse. La maison a besoin d'être aimée, regardée, courtisée pour livrer ses secrets. Ces théâtres du temps, ces lieux de musique et de lumière que sont les maisons aimées, permettent à l'être qui les écoute de rencontrer l'autre. Comme le livre et la littérature, l'histoire que l'on tisse avec une maison suppose patience, secret et complicité. Cette confession intimiste, d'une grande qualité littéraire nous laisse entendre une voix intérieure qui oscille entre tendresse et exaltation. Usant d'un style vivant où souffle l'émotion, c'est une danse fiévreuse que celle qui nous est offerte. Les mots virevoltent aussi vifs qu'un enfant tournant sous le soleil : "Toutes les maisons ont la beauté de la première fois, d'un pays à découvrir, d'une langue dans laquelle on viendrait se blottir. Toutes les maisons. La tienne, la sienne, la vôtre."


Probable le mercredi roman

Bernard Deglet

Buchet-Chastel

16,25
par (Librairie Dialogues)
20 octobre 2006

A la lecture du titre, on commence déjà à se réjouir : que le héros de ce 1er roman puisse se nommer "Probable", là où fleurit sous la plume de maint critique le qualificatif contraire, décidément très à la mode, "d'improbable", cela chatouille la curiosité! Et ... de fait ... ce Probable nous entraîne en territoire loufoque et inattendu . Ses aventures se déroulent en huis-clos, au Balto, bistrot de province. S'y retrouvent chaque mercredi les protagonistes de l'histoire pour regarder ensemble à la télé la
retransmission du match de foot . A la mi-temps (c'est l'objet du roman) se tient systématiquement une espèce de café-philo . Pendant les 15 minutes réglementaires, on refait le monde . Et, dans l'ombre de cet ouphipo, - ouvroir de philosophie potentielle , on voit se
dresser, sous la forme d'un hippocampe noir, la conscience pensante de Probable : unité de lieu, de temps, d'action, pour une comédie - une fable ? - tendre, ironique et déjantée .
Rendez-vous au Balto, chers lecteurs !


Un pont d'oiseaux, roman
21,30
par (Librairie Dialogues)
20 octobre 2006

C'est le récit d'un fils qui part à la recherche de son père . Mais lui-même n'est-il pas, et cruellement, en manque de son fils ? C'est l'histoire d'une rencontre difficile . Peut-être sera-ce même impossible de jeter un "pont" entre ces deux êtres-là. Dans le roman d'Audouard, sur fond de guerre d'Indochine, nous suivons la trace de trois générations de Garnier, Louis, Pierre, et André, le narrateur . Cela donne lieu à des pages superbes, véritables scènes d'anthologie, drôles ou tragiques, où nous retrouvons Saigon (puis Hô-Chi-Minh-ville), la
cité Hérault, Diên Biên Phu, les Leclerc, d'Argenlieu, Bigeard, Hô, Giap, et autres "guerriers" connus .
Au-delà de ces pages d'Histoire, Audouard pose inlassablement la question de l'héritage, au sens très large du terme : de qui sommes-nous les fils, de nos pères, de nos amis, de ceux que nous avons estimés et admirés ? L'auteur dédie ce roman profondément humain à la mémoire de son père, Yvan Audouard ...