Prescripteurs de saines addictions

Conseils de lecture

Trois jours chez ma tante
15,00
par (Librairie L'Armitière)
18 septembre 2017

Marcello Martini réalise un court séjour en France. Il vient du Liberia où il dirige un foyer de jeunes enfants africains « abandonnés », une école , prend soin d'eux, enfin, à priori.
Il visite sa riche tante qui réside dans une institution prestigieuse pour personnes âgées. Elle a souhaité, exigé qu'il revienne. Marcello le fait. Trois jours, pas un de plus pour faire en sorte qu'elle continue à alimenter son compte en banque alors qu'elle menace de suspendre tous versements.Pas le choix, pas d'autres alternatives, la menace est prégnante, présence fantomatique qui sous tend toutes actions, tous comportements des personnages de ce roman noir.
Il y a ce qui est dit et surtout ce qui ne l'est pas, ces mensonges en suspens, ces souvenirs qui dérangent, ce travestissement de la réalité. Qu'est ce qui est juste ?
L'on ne rentre pas en dilettante dans l’œuvre d'Yves Ravey, l'on y pénètre plutôt avec prudence, délicatesse, respect pour une écriture exigeante, pointilleuse où chaque pensée est contrecarrée par une autre, où chaque direction est empêchée par un sens de circulation balisé, l'air de rien, de main de maître. Linéarité, simplicité vous dites ? : Le piège a fonctionné, vous êtes tombé dedans !
Le temps est l 'allié précieux d'une décantation littéraire hors norme et, quand le voile sera tombé, vous prendrez la mesure de ce pouvoir immense de la littérature, il n'est pas ailleurs.


MARCEL PROUST A BEG MEIL

Dupont-Mouchet Philippe

Dupont-Mouchet Philippe

15,00
par (Librairie Ravy)
15 septembre 2017

Un voyage poétique à Beg-Meil, en compagnie de Marcel Proust qui y eut un vrai coup de coeur pour la lumière si singulière de nos paysages.
Préface de Dan ar Braz.
Un vrai coup de cœur !

Solène


Les fantômes du vieux pays
25,00
par (Librairie L'Armitière)
14 septembre 2017

Mascarade

Amateurs de pavés américains, réjouissez-vous!
Le premier roman du virtuose Nathan Hill est une somme romanesque captivante, pleine de rebondissements, un puzzle merveilleusement ficelé d'une ambition folle.
D'une écriture haletante à vous couper le souffle, l'auteur nous transporte d'un tableau à l'autre faisant émerger des thèmes aussi variés que la relation mère-fils, l'amitié, la perte, la solitude, l'amour et la pornographie, mais aussi dénonçant avec causticité les travers de la société américaine, la politique, le monde des jeux vidéos et la malbouffe.
Oscillant entre humour et tragédie, ce roman complètement addictif est aussi une profonde réflexion sur l'identité et la conscience de soi.
Dix ans auront été nécessaires à l'écriture de cette oeuvre brillante à découvrir de toute urgence.


LA FOURMI ROUGE
15,50
par (Librairie L'Armitière)
13 septembre 2017

Dès 13 ans

C'est l'histoire d'une ado comme il y en a beaucoup sauf que... son prénom c'est Vania ! (c'est parfois un peu gênant). Elle vit seule avec un père taxidermiste (imaginez la déco à la maison) et elle a un œil qui part en vrille (merci la mèche de cheveux qui cache un peu le problème).
De ce fait, Vania est plutôt du genre fourmi noire, elle tente de passer inaperçue, jusqu'au jour où elle va recevoir une lettre anonyme qui va la pousser à sortir un peu de sa tanière (fourmilière?) et à s'assumer telle qu'elle est: une fourmi rouge !
Un roman sensible qui soulève le problème de la confiance en soi avec beaucoup d'humour.


Underground railroad
22,90
par (Librairie Madison)
12 septembre 2017

Embarquez pour un vrai voyage littéraire !

A travers le personnage de Cora, héroïne attachante et touchante, Colson Whitehead nous offre une épopée passionnante dans l'Amérique esclavagiste.
Dans sa quête désespérée de liberté, la jeune femme se réinvente sans cesse mais son passé la rattrape sous la traque acharnée du chasseur d'escales Ridgeway.
Mais après des années d’oppression, peut-on vraiment savourer le goût de la liberté ?
Succombez au pouvoir de conteur de l'auteur dont les mots vous vont droit au cœur...

"Cora ne savait pas ce que voulait dire "optimiste". Ce soir-là, elle demanda aux autres filles si elles connaissaient ce mot. Jamais personne ne l'avait entendu. Elle décréta que ça voulait dire "persévérant"."