Prescripteurs de saines addictions

Conseils de lecture

par (Librairie Dialogues)
20 juillet 2006

Un recueil d'anecdotes, d'aphorismes désopilants à souhait. A mettre entre toutes les mains (surtout celles de ceux qui veulent rire).
Si vous avez aimé, lisez aussi du même auteur "Joconde jusqu'à 100".


8,80
par (Librairie Dialogues)
7 juillet 2006

C'est un roman sur la guerre d'Espagne vécue par des femmes détenues en prison. La force de ce roman est sa valeur de témoignage car toutes ces femmes ont bien existé. Les faits sont réels même s'il y a des éléments romancés. Les cinq femmes que l'on découvre sont admirables ; elles ont un courage à toute épreuve. Leur solidarité est exemplaire et elles se battent coûte que coûte pour ce mot si cher : « Libertad ». Elles poursuivent leur combat dans l'enceinte de cette prison et- pour celles qui en sortiront - même une fois dehors, elles ne cessent de lutter tout en sachant les risques encourus. Mais pour elles « il vaut mieux mourir debout plutôt que vivre à genoux ».
Ce qui est très agréable de la part de l'auteur, c'est qu'elle nous indique à la fin du roman, ce que sont devenues ces femmes ce qui permet de prolonger le bout de chemin parcourus en leur compagnie


par (Librairie Dialogues)
23 juin 2006

C'est avec chaleur et talent, à partir des témoignages de ceux qui l'ont connue et de correspondances inédites, une aussi sorte de complicité, d'intimité avec Colette que Geneviève Dormann écrit cette biographie de celle qui toute sa vie « sera physiquement amoureuse de tout ce qui réjouit les sens : hommes, femmes, mer, fleurs, fruits, vins fins, truffes, plats succulents... ».


9,90
par (Librairie Dialogues)
23 juin 2006

Déporté à Buchenwald, membre d'un des réseaux anglais de résistance Buckmaster, devenu l'un des dirigeants des communistes espagnols du camp, Jorge Semprun est libéré par les troupes de Patton en 1945. Il montre dans ce récit comment, avec l'aide d'une femme, et dans les tourments de l'écriture, il lui aura fallu quinze ans pour accepter la vie.


par (Librairie Dialogues)
20 juin 2006

Au XVIIème siècle, le jeune Antonio Stradivarius est apprenti luthier auprès de Maître Nicolas. Il montre assez peu d'intérêt pour le métier jusqu'à ce qu'il rencontre Cavalli, venu de Venise choisir ses instruments,et le voit essayer un violon. Il construira des centaines d'instruments à cordes pendant sa vie (il meurt à quatre-vint-quinze ans ), et deviendra une véritable légende.