Prescripteurs de saines addictions

Conseils de lecture

roman

Seuil

23,20
par (Librairie Dialogues)
31 mars 2012

L'Agence présidentielle de renseignement sud-africaine est sur les dents. Les enjeux électoraux et les personalités en lice remettent son existence en question. A sa tête Janina Mentz n'a que peu de temps pour prouver sa légitimité... d'autant que des groupes aux actions criminelles se bornant généralement aux trafics ou à la contrebande semblent impliqués dans un sombre projet terroriste dont son équipe a du mal à suivre les rouages.

A quarante ans, après avoir plaqué mari et enfant, Milla est recrutée par l'équipe pour rédiger des rapports et se retrouve au coeur du processus d'espionnage.

Au même moment, entre deux contrats comme garde du corps, Lemmer, installé loin de la violence de la capitale, se repose auprès de sa douce Emma lorsqu'un fermier de son village lui demande de l'aide. Il souhaite que Lemmer accompagne un convoi transportant deux rhinocéros noirs de la forêt zimbabwéenne jusqu'à une réserve privée et il craint pour les bêtes et leur corne. Pris de court, Lemmer accepte malgré ses doutes. En route ils sont rapidement attaqués par un groupe à la violence rare, mais que cherchent-ils exactement?

Janina et son équipe suivent des traces pour remonter aux sources et traquer les criminels : traces informatiques, enregistrements, messageries nternet...
Lemmer et son convoi sont pistés tels des animaux. Tous les sens sont en éveil pour saisir la moindre opportunité de fondre sur la proie puis ne plus la lâcher.

Mais le hasard - s'il existe - s'y mếlera et troublera autant les pisteurs que les pistés dont les rôles ont parfois tendance à se confondre.

Dans la dernière partie Mat Joubert un ancien privé, enquête d'une manière classique sur l'étrange disparition d'un mari.


par (Librairie Dialogues)
7 mars 2012

Du génie !

Chers amis,

Nous vous offrons à vous et à votre famille un ticket d'entrée dans le plus spectaculaire des parcs d'attractions : celui de Michael Leblond et Frédérique Bertrand : Lunaparc en pyjamarama.

Accrochez-vous bien car vous allez être attirés par les sublimes lumières multicolores, vous vous amuserez dans les auto-tamponneuses, vous surferez sur les chutes du "Niagara", vous vous perdrez dans le palais des glaces, vous admirerez le paysage dans la grande roue... Bref vous en aurez plein les yeux.

Ces deux génies auteurs de New York en Pyjamarama (cf ancien message : ICI), nous comblent une nouvelle fois en nous en mettant plein les yeux. Cet opus fourmille (et c'est vraiment le terme) de couleurs et de formes. D'un point de vue pédagogique, c'est un album qui stimule nos chers bambins et qui ravit petits et grands.A l'ère du numérique, cette vieille technique de l'ombro cinéma n'a pas pris une ride. De plus les éditions Rouergue ont pour l'occasion, habillé ce deuxième tome de la trilogie d'une couverture en carton plus épaisse que pour le premier. Le graphisme est toujours aussi saisissant et conceptuel.

Gageons que le troisième volet à paraître début octobre 2012 nous comble autant que ceux déjà parus.

A nouveau mon enthousiasme est grand mais je pense que cette aventure mérite un immense succès et que toutes les familles doivent se les procurer. C'est un plaisir de partager cela avec ses enfants ou ses amis.


21,30
par (Librairie Dialogues)
7 mars 2012

ou la lâcheté de tout un quartier...

Ce titre "de bons voisins" ,fortement ironique, permet peut-être plus rapidement de comprendre là où le bät blesse que par son titre américain "acts of violence", qui est pourtant très justifié également.
En effet, en 1974, à New York, dans le Queen's, une jeune femme a agonisé une bonne partie de la nuit devant son appartement sans qu'aucun de ses voisins ne vienne à son secours. Aucun d'entre eux n'a même appelé la police. Pourtant tous l'avaient vue, entendue.


Ce roman noir et brutal, servi par une écriture puissante, est inspiré d'une histoire vraie, celle de Kitty Genovese.
Didier Decoin a écrit lui aussi sur le meurtre de cette jeune femme, mettant davantage l'accent sur les conséquences de cette non assistance à personne en danger ainsi que sur la psychologie et les nombreux antécédents du meurtrier. "Est-ce ainsi que les femmes meurent" sort sur les écrans sous le titre "38 témoins".


par (Librairie Dialogues)
1 mars 2012

Un doux parfum de sérénité

Rosa Candida n'est pas le prénom de l'héroïne de ce roman.
Rosa Candida est le nom d'une rose (celle que la défunte mère du narrateur cultivait avec soin et passion). Ce goût pour la nature et les jardins, elle l'a transmis à son fils Arnljotur qui aura le privilège d'être accueilli dans un monastère où il s'attellera à redonner vie à une roseraie livrée à elle-même.
Notre héros quitte ainsi son père, un homme profondément attachant (mais un peu papa poule sur les bords !) qui se remet difficilement de la disparition de sa femme.
Il quitte aussi son frère jumeau autiste, cet être hors du temps qui vit dans son monde à lui.

Son voyage le mène dans ce lieu où le temps semble s'être arrêté, où l’insouciance est de rigueur, où la nature semble avoir repris une place fondamentale dans la vie du village. Il y fait la rencontre de Frère Thomas. Cet homme cinéphile à ses heures va devenir le principal confident d' Arnljotur.
Mais lorsque débarque la mère de sa fille, son existence va être on ne peut plus bouleversée.
Ce livre est une friandise que l'on savoure avec délicatesse. La langue y est délicieuse, les personnages sont tendres et les paysages sont enivrants.
L'auteur nous montre à quel point la filiation semble importante à l'épanouissement de nos existences. Il a su isoler ces plaies ouvertes, ces failles qui se dessinent et que l'humain s'évertue à cicatriser.
Par un certain côté, ce roman est à l'image d'une rose, fragile et ténébreuse, sensible et envoûtante. Il laisse derrière la lecture un doux parfum de sérénité.


Et autres récits

Robert Laffont

par (Librairie Dialogues)
29 février 2012

Quel est le point commun entre Mrs Tobias, Mrs Fiel et Cassandra Parbringer ; cinq écheveaux de lin filés en une journée ; un amour qui déraisonne ; la broderie d'une immense tapisserie ; un veuf et un prêtre dans les bois de Tout-Espoir ; la construction d'un pont ; ainsi que divers travaux d'aiguilles? Vous ne voyez oncques?

Un monde enchanté, un soupçon d'écriture délicieuse; saupoudrez l'ensemble d'une louche d'humour et vous serez plongé dans l'univers de Susanna Clarke et ses Dames de Grâce Adieu.

Où se situe la frontière entre la réalité et la magie dans cette Angleterre fantastique? Même les plus récalcitrants au genre ne pourront que se laisser envoûter par l'impertinence subtile des magicienne et des garçons-fées.

Huit petites nouvelles pour voyager dans un imaginaire audacieux, le risque serait d'y rester sans s'en apercevoir ou par plaisir de jouer avec les espris qui y habitent...

"Ma chère, [...], puis-je entrer et converser avec vous?
- Comme il vous plaira!"

Et je ne doute pas que ce livre vous plaise!

Elodie