Prescripteurs de saines addictions

Conseils de lecture

13,80
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

A travers l'histoire de cette femme aux multiples facettes, Christine Falkenland nous livre un superbe travail d'écriture. Une écriture au ras des mots, sur un fil de rasoir, débarrassée de toutes métaphores, faisant sienne cette phrase de Tolstoï : " un roman doit – être efficace ". Roman efficace mais pas dépourvu de sensibilité ni d'émotion, tout au contraire. L'auteur nous livre un personnage abrupt, et nous laisse le soin de faire parler nos sens.


le harnois de faide

Le Livre de poche

par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

Un thriller sanglant

Depuis des années, Jod s'acharne à vouloir fabriquer une armure parfaite que seul un véritable héros sera digne de porter. Mais au fil du temps, il devient fou, de cette folie qui saisit les inventeurs et leur fait perdre le sens commun, à tel point qu'il donne son fils, en sacrifice à son armure.Désormais celle-ci devient maléfique et tue tous ceux qui ne sont pas dignes d'elle!
Un thriller sanglant et médiéval où le suspense est savamment entretenu.


par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

Une fois de plus le commissaire Brunetti est chargé d'une affaire difficile et délicate. En effet, il enquête sur l'assassinat d'un fameux avocat dont le corps a été retrouvé dans un train. Il va alors, au fil de son enquête, établir un lien entre cet avocat brillant et un terrible réseau international de prostitution.
Une enquête pleine de rebondissements dans un magnifique décor vénitien, mais aussi dans le sinistre univers de la prostitution...


6,90
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

L' adversaire, c'est le diable; la part trouble de chacun, plus profonde, béante chez Romand qui le conduit pas à pas d'une vétille commise par un grand mou un peu dépréssif et mythomane à l'imposture puis au crime, à l'assassinat incompréhensible de sa femme, de ses enfants, de ses parents et fait de cet homme arrivé aux portes du vide, auxportes de l'enfer une victime broyée non par les autres mais par lui-même, par ses démons. Le fond de cette histoire pourrait n'être que fiction, invention d'un écrivain noir (Dolstiïevski, Mauriac...). Mais non. Le fond de cette histoire est un fait divers. De l'authentique, sordide, absurde, horrible, qu'Emmanuel Carrère a transfirguré en quasi-roman, sublime, chrétien, rédempteur. Alchimie, miracle de la littérature qui nous fait toucher au fond de nous-mêmes la part de mystère qui nous est commune avec celle d'un assassin. Alire. Absolument.


18,00
par (Librairie Dialogues)
19 avril 2005

L' adversaire, c'est le diable; la part trouble de chacun, plus profonde, béante chez Romand qui le conduit pas à pas d'une vétille commise par un grand mou un peu dépréssif et mythomane à l'imposture puis au crime, à l'assassinat incompréhensible de sa femme, de ses enfants, de ses parents et fait de cet homme arrivé aux portes du vide, auxportes de l'enfer une victime broyée non par les autres mais par lui-même, par ses démons. Le fond de cette histoire pourrait n'être que fiction, invention d'un écrivain noir (Dolstiïevski, Mauriac...). Mais non. Le fond de cette histoire est un fait divers. De l'authentique, sordide, absurde, horrible, qu'Emmanuel Carrère a transfirguré en quasi-roman, sublime, chrétien, rédempteur. Alchimie, miracle de la littérature qui nous fait toucher au fond de nous-mêmes la part de mystère qui nous est commune avec celle d'un assassin. Alire. Absolument.