Prescripteurs de saines addictions

Beethoven, Le prix de la liberté

Régis Penet

La Boîte à Bulles

  • par (Librairie La Grande Ourse)
    2 juin 2021

    Symphonique

    C’est une symphonie en noir et blanc. Le blanc d’une partition. Le noir de notes de musique placées sur une portée. Cela semble comme une évidence à lire cette BD qui se tend comme la corde d’un violon pour transmettre les états d’âme tumultueux de Beethoven. Pour le musicien, le monde est bon ou mauvais, la musique est tout ou rien. Il n’est pas homme de compromis et le scénario de Régis Penet nous renvoie l’image d’un génie intransigeant. Les portraits torturés et sombres du musicien sont les moments forts de cette BD et nous plongent dans une lecture d’un indicible silence. Comme Beethoven nous devenons sourds au monde extérieur. Le fond blanc, uni, est cette zone sans bruits, sans sons. La musique sinon rien. Et le génie, sinon rien, pourrait on ajouter.

    C’est Eduard le jeune fils du prince Alois von Lichnowsky, protecteur et mécène du musicien, qui assure les transitions entre les différentes séquences de l’évocation de l’existence du compositeur autrichien. En choisissant ce parti pris, le dessinateur évite de donner une image d’Epinal du créateur devenu sourd et ajoute une dimension politique à ses engagements de vie. Eduard se souvient du jour où son père demande au musicien, qui a alors 36 ans, de jouer dans son château pour les occupants français, après leur victoire à Austerlitz. Intransigeant musicalement, Ludwig ne veut créer que des chefs d’oeuvre, pour lui même d’abord. Il refuse de se plier à l’injonction de son protecteur et à s’abaisser à se mettre au piano devant les représentants d’un Napoléon qu’il avait adulé comme Premier Consul mais déteste comme Empereur. « Dites aux français qu’il reste un homme en Autriche qui ne leur est pas soumis et qu’il ne porte aucun titre ». C’est Ludwig.
    Beethoven est d’un bloc, un roc, peu soucieux des personnes qui l’entourent, et on ne sent chez lui un peu de douceur et de bonheur que lorsqu’il se promène seul dans la forêt, guettant le bruit du vent dans les frondaisons ou le sifflement de oiseaux dont il ne perçoit plus que des pépiements. Alors, et seulement alors, dans des portraits serrés, Penet donne de Beethoven des traits apaisés, rayonnants. Ce n’est pas rien de nous faire entendre par le dessin ces bruits de la nature ou la composition d’une oeuvre magistrale en gestation, assis derrière une porte car le maître ne supporte pas la présence d’un autre. Et pourtant Penet par de magnifiques cases silencieuses parvient à réussir cette gageure. On entend d’abord, on écoute ensuite et enfin on fredonne. Le Maestro est aux crayons.

    Avec talent, Penet brise la statue officielle d’un génie pour donner vie, sous la grâce de son dessin, à un génie avec ses forces et ses faiblesses. Celles d’un être hors normes mais terriblement humain.