Prescripteurs de saines addictions

Chère brigande, Lettre à Marion du Faoüet

Michèle Lesbre

Sabine Wespieser Éditeur

  • Conseillé par (Librairie Dialogues)
    28 février 2017

    Les 3 M

    "Chère brigande" est une lettre adressée à Marion du Faouët.
    Cependant, toute la puissance de ce roman réside dans l'intention de départ.
    Michèle Lesbre relie trois destins de femmes avec une très grande délicatesse.
    C'est d'abord Marion, la jeune femme sans abri dormant en bas de chez Michèle, qui, disparaissant du jour au lendemain, sera le détonateur de cette lettre. C'est ensuite l'admiration indéfectible que l'auteur a toujours ressenti pour cette "Robin des Bois" bretonne qui au début du 18éme siècle détroussait les riches pour donner aux pauvres et menait une vie tambour battant jusqu'à son exécution à 38 ans. C'est finalement dans le train menant Michèle Lesbre de Paris à Quimper que la mémoire intime vient illuminer ce texte.
    Ce message personnel adressé à cette héroïne est engagé et bouleversant car il a une portée universelle. Il résulte d'une grande sensibilité mise au service du plus grand nombre car l'oeuvre de Michèle Lesbre est lisible, sincère et généreuse. Le fruit de ses romans trace le sillon singulier d'une voix qui nous touche, nous ressemble et donc nous rassure, car si nous n'avons pas votre plume, sachez Michèle que nous sommes faites du même bois et que notre capacité à nous émouvoir demeure intacte.


  • Conseillé par
    31 juillet 2017

    vie moderne

    De l’auteure, je gardai un souvenir ému du Canapé rouge. Une lecture toute en sensibilité.

    Je n’ai pas été déçue avec ce dernier livre, qui est une lettre à Marion du Faoüet, une jeune brigande du 18e siècle.

    La narratrice part sur ses traces, mais c’est surtout l’occasion pour elle de nous parler de notre monde moderne, notre vie si connectée qui a perdu tout goût de la révolte.

    Marion, elle, incarne cette jeunesse illettrée mais insoumise, qui vole aux riches pour donner aux pauvres, même après avoir été torturée avec le feu et exposée à moitié nue en place publique.

    J’ai aimé découvrir cette rebelle qui a brûlé sa vie pour un peu de justice.

    L’écriture de Michèle Lesbre est toujours un enchantement, qui fait naître des images fortes à partir de peu de mots.

    L’image que je retiendrai : Celle de la narratrice devant la mer bretonne, une retrouvaille riche en émotion.

    http://alexmotamots.fr/chere-brigande-michele-lesbre/