Prescripteurs de saines addictions

  • 16 septembre 2017

    Peut mieux faire !

    Devenu une pointure internationale du polar, l'écrivain-motard Deon Meyer n'est pas homme à rester les deux pieds dans la même boots, chamboulant à chaque fois la structure et le cadre de ses romans. Après avoir augmenté la dose d'adrénaline, accéléré la cadence, posé des ultimatums, imaginé des complots à déjouer et des otages à libérer, le romancier sud-africain s'est lancé, pour son dixième livre, « En vrille », un défi inédit. Développer en parallèle deux récits, sans rapport apparent, mais dont on devine que l'un éclairera l'autre lorsqu'ils se croiseront ou se rejoindront. D'un côté, un homme, viticulteur de profession, confesse à son avocate la litanie des malheurs familiaux vers un point d'arrivée que l'on devine tragique.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u